Société
mercredi novembre 22, 2017
Inscription



 

Marc KOSSOU

Le projet de loi portant création d’une Force unique de sécurité publique (Fusi) en République du Bénin, transmis

à l’assemblée nationale pour le Gouvernement, a enregistré la réaction d’un des syndicats de la Police Nationale. En effet, pour le Synagab-Police, entendez le Syndicat national des gardiens et brigadiers de paix de la Police, le projet de Création d'une Force Unique, est une initiative très louable,  mais la Police Béninoise n'est pas encore prête pour aller à cette fusion en Janvier 2018 car, à en croire leur communiqué, les préalables ne sont pas encore remplis. Il s’agit du non application de la loi 2015-20. Pour le Synagab-Police, les agents ne connaissent pas jusqu'à présent, leurs galons respectifs car le décret 137-16 et ses modifications inscrits dans le décret 353-17, ne reclassent pas équitablement les agents de la Police au regard de leurs homologues de la Gendarmerie avec qui ils serviront dans la même force Fusi.

Toujours selon le Synagab-Police, dans ce projet de loi portant la création de la Fusi, le minimum de liberté syndicale dont jouissent les Forces de sécurité publique sera purement supprimé. C’est pour cela que le Syndicat national des gardiens et brigadiers de paix de la Police a invité tous les défenseurs des libertés publiques à l'aider à protéger le minimum de liberté accordée aux forces de sécurité publique et assimilées.

Pour finir, le Synagab-Police a invité, tous les fonctionnaires de police à se tenir prêt malgré tout ce qui se passe au sein de la Police nationale, afin de protéger les populations pour une bonne fête de fin d'année mais aussi pour protéger leurs familles respectives et leurs carrières de ce qu’il qualifie des réformes précipitées.

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU