Politique
mardi octobre 17, 2017
Inscription

Certaines déclarations du président, Patrice Talon, sur l’inamovibilité des juges lors de son entretien samedi dernier avec la presse, n’est pas du goût de Michel Adjaka.

Invité dans l’émission ''Le Grand Rendez-vous'' de ce dimanche 09 avril 2017 sur Soleil Fm, le président de l’Union nationale des magistrats du Bénin (UNAMAB) a battu en brèche les propos du président de la République, et le soupçonne de vouloir mettre en place une justice taillée sur mesure contre le droit.

Dans son entretien avec la presse, le président Patrice Talon s’est exprimé sur la réforme constitutionnelle dans le secteur de la justice notamment sur l’inamovibilité des juges. Le Chef de l’Etat a laissé entendre qu’un juge n’est pas nommé à un poste de façon éternelle et qu’il est hors de question qu’il soit muté sur sa propre décision. «Ce n’est pas cela qui préserve l’indépendance des juges», a insisté le premier magistrat de la République. Il explique que c’est une mauvaise interprétation des textes qui conduit une polémique autour de cette question d’inamovibilité. Il a également fait savoir que c'est ce que son gouvernement veut bien clarifier en proposant une réforme.  «On ne peut pas dire que les juges de siège sont nommés à vie (…) on peut les nommer pour un mandat au cours duquel  ils seront inamovibles (…)», justifie le chef de l’Etat qui indique que l’objectif de son gouvernement, en retouchant les dispositions actuelles, est de rendre la fonction plus efficace.

Mais ces déclarations du Chef de l’Etat ne sont pas bien accueillies dans les rangs des magistrats béninois dont Michel Adjaka. Invité ce dimanche dans l’émission ''Le Grand Rendez-vous'' sur Soleil Fm, le président de l’UNAMAB, a relevé ce qu'il a appelé des contrevérités dans les propos du président Patrice Talon. «Ce n'est pas quand on est président de la République, qu’on devient Juriste, alors le président Talon doit savoir qu'il n'a pas la science infuse (…)», a déclaré Michel Adjaka qui informe par la suite que le plus ancien des magistrats qui a siégé au niveau d'un tribunal est le président du Tribunal de Cotonou, qui a fait 11 ans. Selon ses analyses, le souci du pouvoir actuel est d'avoir une justice taillée sur mesure contre le droit et cela pousse le pouvoir à déplacer plusieurs juges. L’invité du ''Grand Rendez-vous'', donne pour preuve les nombreuses mutations de juges déjà effectuées sous le pouvoir actuel. A l’en croire, le ministre Joseph Djogbénou est le Garde des sceaux qui a le plus déplacé de magistrats dans l'histoire de la Magistrature.

Ariel GBAGUIDI /Source : beninmondeinfos.com

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU