Politique
samedi décembre 16, 2017
Inscription

Le Nouvel Ambassadeur du BENIN à Washington D.C reçu en audience par le Président de l’Assemblée Nationale du BENIN

 

- Lire les confidences de la Cellule informatique de la Cena

- la liste détaillée des bureaux fictifs

- les bureaux où les votants dépassent les inscrits

Pourquoi les pro-Yayistes ne jubilent-ils pas ? Telle était la question que l’on se posait dans la parution de ce mardi 22 mars 2011 de votre journal. Si les réponses peuvent se trouver dans le large répertoire des irrégularités invisibles pour les observateurs mais dénoncées par la quasi-totalité des candidats et reconnues par Honorat Adjovi et Karim Chabi Sika (responsables en charge des élections et proches de la mouvance présidentielles), les réponses de la gêne des yayistes sont aussi dans la preuve des bureaux de vote fictifs  LISTE N°1 )et des bureaux où le nombre de votants a largement dépassé le nombre d’inscrits ( LISTE N°2).

Les prochaines élections communales et locales et toutes les autres élections qui suivront bien plus tard seront régies par un seul code électoral. C’est le sens qu’il faut donner à la proposition de loi que le député Karim Chabi Sika vient de soumettre à ses pairs de la 6ème Législature. Et pour mieux comprendre cette démarche, il est à remarquer qu’avant et après l’établissement de la Lépi, toutes les élections organisées au Bénin l’ont été avec d’abord une loi pour déterminer la liste électorale à utiliser, ensuite une autre qui porte sur les règles générales des élections au Bénin et enfin les règles particulières selon qu’il s’agit de la Présidentielle, des Législatives ou des communales et locales. Et à l’approche de chacune de ces échéances électorales, le même scénario d’actualisation est repris. Si la proposition de loi de Chabi Sika, déjà transmise à la Commission des lois de l’Assemblée nationale pour étude, et qui comporte 370 articles répartis en 6 Livres, venait à être votée et promulguée, c’est dire que dorénavant, un seul texte régira les élections au Bénin.

Francis Z. OKOYA

(l’ouverture de la 1ère session ordinaire reportée à jeudi prochain)

C’est ce lundi 04 avril 2011 que la première session ordinaire de l’Assemblée nationale 5ème législature devrait s’ouvrir conformément à l’article 4 du Règlement intérieur qui stipule que Conformément à l’article 87 de la Constitution, l’Assemblée nationale se réunit de plein droit en deux sessions ordinaires par an et que la première session s’ouvre dans le cours de la première quinzaine du mois d’avril. Seulement à l’appel ce lundi, seuls seize (16) députés étaient présents loin des quarante deux (42) minimum nécessaire pour ouvrir la session. Et comme le président de l’Assemblée Nago connait déjà la chanson, aucune disposition particulière n’avait été prise pour faire donner un caractère solennel à cette cérémonie d’ouverture. Le corps diplomatique en service au Bénin, les membres du gouvernement, les têtes couronnées, les sages et notables… aucun des invités de marques habitués désormais à ces faux bonds politiques n’avait le déplacement. Le service traiteur, l’orchestre souvent mis en branle étaient restés chez eux. Les députés, premiers acteurs concernés, préoccupés par des questions de terrain avec leurs électeurs et d’étude de dossiers avec la Cena, n’avaient pas fait le déplacement du Palais des gouverneurs.

Francis Z. OKOYA

Alors que le goût amer résultant de l’organisation et des résultats des présidentielles n’est pas encore dissipé, un nouveau coup électoral se prépare pour les élections législatives et plusieurs faits et situations du pouvoir et/ou de ses satellites semblent bien confirmer la chose.

Jean-Marc Aurèl AGOSSOU

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU