Pensée du Jour
lundi mai 29, 2017
Inscription


C’est une vraie question qui commence déjà par trottiner dans la tête de plus d’un musulman en ce début du mois de jeûne.

Plus de mouvement de débrayage pour le moment à l’aéroport international Cardinal Bernadin Gantin. En effet, les travailleurs de l’aviation civile et de la météorologie viennent de suspendre la grève de 48h qu’ils projetaient d’observer pour compter d’hier mercredi à l’aéroport de Cotonou. Cette décision fait suite à la saisine de la Commission d’interprétation et de conciliation (CIC) par le Directeur des ressources humaines de l’Asecna 
et la méditation du ministère du travail, de la fonction publique et des affaires sociales.
Mardi dernier, veille du déclenchement du mouvement de débrayage, le ministre des infrastructures et des transports avait assuré que les dispositions nécessaires sont prises avec la maison mère de l’Asecna à Dakar pour assurer le trafic normal des activités sur la plateforme aéroportuaire. 
Mentionnons que la grève a été annoncée par les organisations des travailleurs Synatramac et Sutracim pour protester contre la décision du gouvernement de mettre en concession l’aéroport international Bernardin cardinal Gantin de Cadjéhoun.
C’est dire donc que le ministre Hervé Hêhomey a réussi à étouffer la grève dans l’oeuf. Mais toutefois,  les syndicats promettent de revenir à la charge, si leur revendication n’est pas satisfaite.Lire ci-dessous, la motion de suspension de la grève.

 

Bachirou Assouma

C’est par un communiqué conjoint de l’Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb) et du Conseil national du patronat de la presse et de l’audiovisuel (Cnpa) que les associations professionnelles des médias du Bénin ont annoncé leur sortie ce jour mardi 4 avril à la maison des médias ‘’Thomas Megnassan’’ de Cotonou. Objectif : opiner sur le projet de révision de la constitution du Bénin.

Romel Lanmlinkpo

Ils ne veulent pas rester en marge des débats qui se mènent actuellement sur la révision de notre loi fondamentale. Les hommes du 4ème pouvoir, les journalistes puisque c’est d’eux qu’il s’agit, diront quelle est leur position sur la question. Ils n’en sont pas à leur premier coup d’essaie. Qu’il vous souvienne que sous le régime du changement, lorsqu’il s’est agit de toucher au texte constitutionnel, les hommes des médias ont donné de la voix afin de faire part de leurs doléances et préoccupations à ce sujet. Cette fois ils n’entendent pas non plus rester spectateurs des discussions, surtout que la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac), institution qui les réglemente, est elle aussi touchée par le projet transmis par le gouvernement au parlement. Les journalistes donneront surement leurs avis sur les propositions du gouvernement quand à la composition et au mode de désignation du président de ladite institution. Ils reviendront certainement aussi sur certains points clés dudit projet.

 

Un jeune togolais boursier du programme américain des jeunes leaders africains (The Young African Leaders Initiative, en anglais, Yali) a été renvoyé vers son pays, accusé de «critique répétitive de la politique américaine sur l’homosexualité », a-t-on appris de bonnes sources. Le jeune togolais est attendu lundi soir à Lomé.

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU