Economie
jeudi juillet 27, 2017
Inscription

Parmi les leçons à tirer du Rapport «Doing Business» 2015, qui mesure la qualité de la règlementation des affaires dans 189 pays

et publié le 29 octobre 2014, on peut retenir que le Bénin est le pays ayant connu la plus forte progression du classement de cette année parmi les 189 pays évalués, passant de la 167ème à la 151ème place (+16). Depuis 2012, le Bénin a progressé de la 175ème place (sur 185) à la 151ème place (sur 189). Aujourd’hui, sur le plan régional et sous-régional, il est 26ème (sur 53) en Afrique; 5ème (sur 17) dans l’espace de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA); 8ème (sur 15) au sein de la CEDEAO et enfin 4ème (sur 8) dans l’UEMOA. Ce Rapport «Doing Business» 2015 montre clairement que le climat des affaires s’est nettement amélioré au Bénin, notamment dans les domaines de la création d’entreprise : les délais et les coûts ont été réduits; la délivrance du permis de construire, l’accès à l’eau et au téléphone fixe : les délais ont été réduits; l’accès à l’électricité : le délai de raccordement au réseau de la SBEE a été réduit; la protection des investisseurs, qui a été renforcée, surtout celle des investisseurs minoritaires; la compétitivité du port, renforcée grâce à la meilleure utilisation du Guichet Unique du Port et la justice commerciale entre nos opérateurs économiques.

Ces résultats présentés dans le Rapport «Doing Business» 2015 viennent ainsi confirmer les félicitations de toute la communauté internationale reçues par le Gouvernement du Bénin à la Table Ronde de Paris des 17, 18 et 19 juin 2014, pour ses multiples efforts fournis, même ceux non reconnus dans le présent Rapport pour une amélioration de l’environnement des affaires et une meilleure compétitivité de l’économie béninoise.

Dans le but de consolider ces progrès réalisés, le Gouvernement du Dr Thomas Boni Yayi entend accélérer le rythme des réformes en cours. Pour cela, il travaille en ce moment à créer l’environnement juridique et institutionnel nécessaire pour faciliter l’accès des micros et petites entreprises au financement, notamment bancaire; l’informatisation de la Direction des Domaines; l’informatisation du Registre du Commerce et du Crédit Mobilier (RCCM) puis la dématérialisation de toutes les procédures de pré-dédouanement. 

Comme quoi, le Président de la République et son Gouvernement n’entendent pas dormir sur leurs lauriers.

 

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU