Economie
mercredi octobre 18, 2017
Inscription

Le Conseil des Ministres  du mercredi 30 Août 2017  a été consacré à l’étude de plusieurs dossiers dont les mesures

pour une prochaine rentrée scolaire sans heurts, la question de renouvellement de la Licence d’exploitation Gsm de l’opérateur Glo Mobile, les nouveaux prix des produits pétroliers, l’organisation du convoyage des pèlerins pour le Hadj 2017. Mais il y a aussi la question de la gestion à l’Association Projet  d’Appui  au Développement des Micro-Entreprises   (PADME) dont l’audit a révélé un manque à gagner de plus d’un milliards de francs Cfa.
En effet,  suite à des dénonciations qui lui sont parvenues et faisant état d’actes de mauvaise gestion posés par Monsieur Mounirou BACHABI, Administrateur provisoire de l’Association Projet   d’Appui  au Développement des Micro-Entreprises   (PADME), le Ministre de l’Economie et des Finances Romuald Wadagni  a diligenté, une commission de vérification pour faire un état des lieux de la situation. Une commission conduite par l’Inspection Générale des Finances (IGF). Des suites de cette mission de vérification, il ressort de graves irrégularités sur le plan de la gouvernance et du contrôle interne, dont le tableau sombre se présente comme :
la signature des contrats d’importants montants sans information préalable du Comité de Suivi de l’Administration provisoire, notamment un contrat de construction d’un immeuble de type R+1 de FCFA 217.666.337 à Cocotomey ;
la substitution d’attributaire de contrat des lots 1 et 2 du marché de « mise en place de liens de télécommunication pour l’interconnexion des sites de PADME » de 86.700.000 FCFA au profit d’un soumissionnaire régulièrement éliminé à l’issue de la procédure d’appel offres ouvert ;
le non-respect du plafond du seuil de consultation restreinte pour deux (02) commandes d’un montant total de 34.483.503 FCFA ;
la signature de quatre (04) contrats de  441.840.516 FCFA par la procédure de gré à gré, en violation des prescriptions du manuel de procédures ;
la signature de deux (02) contrats d’envergure d’un montant global de 287.310.000 FCFA hors procédures administratives habituelles du PADME et ce, sans l’avis du comité de suivi de l’Administration provisoire;
des prestations entièrement payées à l’avance pour un montant de 198.000.000 FCFA, suite à la fermeture d’un dépôt à terme de FCFA 3.000.000.000 et exécutées partiellement.
C’est dire que les reproches faits à la gestion de Mounirou BACHABI, Administrateur provisoire de PADME   portent sur plus d’un (1) milliard de FCFA.  Voici les implications administratives et juridiques décidées par le Conseil des Ministres

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU