Economie
samedi septembre 23, 2017
Inscription

La salle bleue du Palais des congrès, à Cotonou, a servi de cadre, vendredi dernier, à la célébration

de la 6ème édition de la Journée annuelle du Fonds National de la Microfinance. La cérémonie s’est déroulée sous la présidence du ministre chargé de la Microfinance, de l'Emploi, de l'Entrepreneuriat des Jeunes et des Femmes. C’était en présence de plusieurs experts et partenaires techniques et financiers venus au Bénin apporter leurs expertises et en acquérir de même dans la promotion de la microfinance.
Cette rencontre annuelle porte sur le bilan et les perspectives du Fnm. C’est aussi un creuset d'appréciation critique par les acteurs étrangers des efforts du Bénin en matière de promotion de l'inclusion financière et d'échanges entre les partenaires techniques et financiers afin de tirer des expériences d'autres pays dans la continuité de l'offre des services d'appui au développement de la microfinance. Dans son discours introductif et de bienvenue, le Directeur Général du FNM, Jean Comlan Panti, a remercié tous les participants pour avoir répondu si massivement à son invitation. «Cette rencontre qui marque la 6ème édition de la Journée annuelle du Fonds National de la Microfinance répond à l'obligation de transparence et de compte rendu qui constitue des exigences de la nouvelle gouvernance au Bénin», a-t-il indiqué. «Egalement c'est un creuset d'échanges et d'appréciation de ce qui se fait au Bénin en matière de promotion de l'inclusion financière», a-t-il ajouté.
Ainsi, cette journée annuelle s'accentue sur deux thématiques à débattre à savoir: Le Mobile Banking et la Finance Participative. D'autres allocutions suivirent dont celle de madame le ministre togolais en charge du développement à la base, de l'artisanat, de la jeunesse et de l'emploi des jeunes, Dogbé Victoire, qui a souligné que des progrès extraordinaires sont accomplis dans le secteur de la microfinance mais que des efforts restent à fournir. "L'inclusion financière est une responsabilité sociale et collective", a-t-elle indiqué. Prenant la parole, Madame le ministre chargé de la Microfinance, de l'Emploi, de l'Entrepreneuriat des Jeunes et des Femmes (MCMEEJF) du Bénin, Marie-Laurence Sranon Sossou, a d'abord salué le dynamisme et l’ingéniosité de toute l'équipe du Fnm dirigée par Jean Panti avant d'indiquer que la microfonance reste un outil efficace contribuant à briser le cercle vicieux de la pauvreté.

Le Mobile Banking : un facteur pour l'inclusion financière au Bénin
Les avancées technologiques ont permis de constater en Afrique une amélioration de la concurrence en matière bancaire et financière, un accroissement de la portée des marchés d'envois de fonds et une meilleure inclusion financière. Ce premier panel a été modéré par la Représentante régionale du CGAP, Madame RIQUET Corine. «Le mobile banking consiste en la réalisation d'opérations financières via l'utilisation du téléphone mobile», a expliqué Brice Houndonougbo, Directeur de Mtn Mobile Money. Il faut noter que le mobile banking intègre plusieurs notions dont la notion de "Mobile Money" qui consiste aux services transactionnels de paiements via l'utilisation du téléphone mobile sans lien avec un établissement financier et la notion "Mobile Banking" pur qui elle consiste aux services d'informations et produits accessibles via mobile en lien avec un établissement financier. Avec un taux de pénétration au dessus de 70% et le développement des technologies innovantes bien d’opportunités s'offrent aux opérateurs de téléphonies mobile et les institutions financières à savoir l'intégration avec les opérateurs de téléphonies mobile pour une gestion optimale de leurs opérations et générer de nouvelles sources de revenus mais aussi l'accès à de nouveaux clients se situant dans les zones à accès difficile. Brice Houndonougbo n'a pas manqué de relever certains obstacles à une réelle explosion de la relation microfinance - mobile banking dont la volonté des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) de déployer leur propre infrastructure de mobile banking impliquant de lourds investissements, le taux élevé d'analphabétisation de la majorité de la population et l'absence de cadre réglementaire approprié.
Concernant le cadre réglementaire de la microfinance mobile dans la zone UEMOA dont la communication a été faite par Mme Sessie HOUEDE GADO, Chef service des Opérations Bancaires à la DN/BCEAO, un accent a été mis sur les dispositions réglementaires relatives à l'émission et à la gestion de la monnaie électronique dont des pistes d'amélioration ont été proposées dont le renforcement du rôle des SFD dans l'offre de services financiers via la téléphonie mobile et l'implication plus active des banques et des SFD dans la distribution des services financiers mobiles.
La Finance Participative : une alternative crédible pour le développement de la microfinance au Bénin
La finance participative se présente comme une bonne solution aux problèmes d'emplois des jeunes et surtout de la promotion de l'entreprenariat des jeunes. Elle est mise en œuvre à travers différents produits dont le mourabaha, le moucharaka, le mouzaraa etc. Le mode de la finance participative se distingue de celle de la finance conventionnelle en ce sens qu'une relation de partenariat est établi avec prise en compte des risques et bénéfices découlant du projet. Sa mise en œuvre a permis au secteur d'avoir certains acquis dont la mise en place de l'observatoire des besoins des populations défavorisées et du potentiel de promotion des AGR, le renforcement des capacités des acteurs, la mobilisation de ressources et l'assistance technique des SFD dans les financements. Dans sa communication sur la promotion de la finance participative par le FNM, le Dg Jean PANTI a exposé sa mise en œuvre à travers le Programme Intégré d'Appui à la Microfinance en République du Bénin ( PIAMF-Ben). Ainsi la mise en œuvre des financements pour la composante des MTPE a permis de décaisser au 30 septembre un montant de 866 047 725 au profit de 918 promoteurs pour 150 microprojets.
Annace ZONGO, Expert en Microfinance, a présenté une communication sur l'opérationnalisation de la microfinance participative en relevant les principes par rapport à l'approche BID dont l'interdiction de l’intérêt et de la spéculation, le principe de l'actif sous jacent et le partage des profits et des pertes. Il s'est accentué de même sur les conditions de succès pour la finance participative à savoir la bonne maîtrise des outils et procédures, la bonne prospection et ciblage des types de projets à financer, la bonne organisation interne au niveau des SFD pour l'accompagnement des promoteurs et la transparence dans les conditions de participation du SFD et des modes de rémunérations en fonction du mode choisi et du niveau de participation du SFD à la réalisation du projet.
Somme toute, cette 6ème journée annuelle du Fnm a été un succès éclatant, au regard de la qualité des invités et surtout de la pertinence des communications présentées. Et il ne peut en être autrement lorsqu’on sait que c’est l’homme qu’il faut qui est aux commandes du Fnm pour le maintenir toujours debout, conformément à la vision du Président Thomas Boni Yayi.
L. HOUNGBADJI

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU