Eclairage
jeudi juillet 27, 2017
Inscription

Le développement d'un pays dépend de sa fondation et toute fondation doit être guidée par une vision ambitieuse et bien définie.

. Et si le Bénin tarde de décoller c'est parce qu'il manque de vision et cette vision constituera la boussole pour tous dirigeants de la république. 

En réalité, le Bénin a des problèmes structurels et l'un d'entre engendre un problème de choix de leaders. L'actuelle structure politique et économique du Bénin remontent aux choix opérés après la conférence nationale.

La première problématique structurelle est le multipartisme qui est aujourd'hui l'un des pièges contre notre développement. Des centaines de partis politiques ont été créés, donc des centaines de visions divergentes sans convergences; autrement dit de véritables obstructions à une direction claire ( boussole) seul moyen de nous éviter le tour en rond. 

La deuxième est le fonctionnement des partis politiques. Les partis politiques fonctionnent comme des clubs électoraux je l'avais dit dans l'un de mes commentaires sur jelome news. Nos partis politiques s'organisent sur comment gagner les élections non pas comment gérer le pouvoir. Un article de Francis Z. Okoya y'a intitulé "qui pour le remplacer"a également appuyé cette partie d'idée tout en détaillant ce que doit être normalement nos partis politiques. Je crois en plus que les partis devraient être de véritables laboratoires d'idées sur la gestion du pays, à la recherche de stratégies pour atteindre les objectifs d'une vision nationale consentante . C'est à dire les réunions ordinaires devraient être consacrées pour réfléchir sur des sujets relatifs à la gestion du pouvoir, les militants devraient être prédisposés à apporter des solutions sur des questions d'intérêt national, bien sûr en corrélation avec une vision nationale précédemment définie. Ainsi, chaque militant serait connu de part sa participation active, de part ses capacités ingénieuses à trouver des solutions idéales aux problèmes de la cité et par là ont pourrait résoudre les problèmes de choix des hommes car chacun des militants aurait l'occasion de se faire connaître pour d'éventuelles promotions. Ceci n'a rien à avoir avec le niveau d'étude des militants car le niveau d'étude, le talent ou la capacité ingénieuse d'un individu ne sont pas toujours en corrélation.

Et enfin le dernier problème structural est belle et bien l'absence d'une vision national bien élaborée, je veux rejoindre ainsi monsieur Valentin agon qui dit je cite " il nous faut une nouvelle conférence nationale non pas pour un autre système autre que la démocratie mais pour l'économie. Mais moi je crois qu'il faut aller plus loin dans cette conférence en ajoutant les deux premiers problèmes structurels précédemment cités.

C'est dans l'élaboration d'un dessein national consentant que nous allons converger nos différents génies pour trouver une fois de bon des réponses aux piliers essentiels de la fondation d'une nation émergente . Ces piliers sont entre autre:

-l'éducation ; tout le monde est d'accord du fait que notre système éducatif est obsolète et produisant depuis des décennies des milliers de chômeurs chaque année, ce qui est un véritable poudrière à une explosion sociale dans l'avenir. 

-la croissance démographique et ses corollaires; aucune nation ne réussit sans prévision sociale.

-l'énergie qualitative et quantitative est un préalable pour un pays qui voudrait s'industrialiser.

-la dépendance fiscale de notre budget qui est antagoniste au politiques d'incitations des investissements etc...

Une fois ces piliers essentiels sont mis au point, un automatisme de l'émergence doit se déclencher.

J'ai entendu le chef d'État dire lors d'une interview télévisée à la veille d'un premier Août 2012 que " la situation économique actuelle n'était pas semblable à celle de 1990 pour qu'on aille à une conférence nationales " mais en réalité ce n'est pas parcequ'on a échoué qu'on va en conférence nationales mais plutôt pour une vrai refondation. On va en conférence national par ce qu'on veut marquer l'histoire d'un nouveau départ plus rationnel et objectif.

J'invite alors le peuple béninois, les partis politiques actuels, la société civile les hommes du média et les autres institutions de la république pour une adhésion commune à cette conférence nationales.

Je prie alors le chef d'État à initier cette conférence nationales pour une vrai refondation, pour que le Benin une fois encore donne un nouveau exemple pour l'Afrique et le monde. 

Signé WABI Abiodoun Mouminou Wabi

 

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU