Actualité
dimanche novembre 19, 2017
Inscription

Quelqu’un a dit que quand on a le pouvoir, on l’exerce. Les Fcbe et compagnie ont le pouvoir à l’Assemblée nationale. C’est légitime pour eux de l’exercer. Mais par contre les dispositions du Règlement Intérieur. On a justifié la suspension de la retransmission en direct du débat sur la loi interdisant la grève aux douaniers par le fait que des députés auraient été menacés et mis en garde contre les propos qu’ils tiendront le jour du vote de cette loi. Mais c’est oublier consciemment ou inconsciemment que les archives de la presse parlementaire regorgent de productions dans lesquelles les interventions des députés ont été intégralement transcrites conformément aux prescriptions de l’article 40 alinéa 1 du Règlement Intérieur de l’Assemblée nationale. A moins que le Président de l’Assemblée mette en application les dispositions des alinéas suivants du même article. C’est dire donc que si le souci était la sécurité des députés, le Président de l’Assemblée pourra demander une plénière à huis-clos…Seulement vu la délicatesse de loi contre la grève des douaniers, cela aurait été perçu comme un autre coup fourré.

Francis Z. OKOYA

Depuis quelques jours et suite à l’interpellation du juge Angelo Houssou courant mai 2013, la tension est très vive entre policiers et Magistrats. Donnant suite à la plainte du magistrat Houssou, le Juge d’Instruction au Tribunal de Première Instance de Première Classe de Cotonou Monsieur TOUMATOU Georges a convoqué le Directeur Général de la Police Nationale et certains de ses Collaborateurs avec menace de décerner à leur encontre un mandat d’amené ou un mandat d’arrêt. Cela a suscité de la part du Syndicat national de la Police, un communiqué très virulent ( lire ci-dessous). Prenant la mesure de la situation, le principal mis en cause Philippe Houndégnon, Directeur National de la Police a essayé de calmer les siens en décidant de répondre à la convocation du juge le vendredi 21 juin 2013 prochain. Mais cela ne semble pas faire changer d’avis les Magistrats dont le syndicat national réunis en Assemblée générale extraordinaire ce mardi 18 juin 2013, s’est prononcé sur  la sécurité du juge Angelo HOUSSOU, le communiqué du Synapolice et les dernières nominations intervenues le 28 mai 2013 dans les juridictions et à la chancellerie et a décidé d’entamer une grève de 72 heures à partir du mardi 25 juin prochain. Lire les deux communiqués

Jean-Marc Aurèle AGOSSOU

Depuis quelques jours, la décision de nominations des Inspecteurs Généraux de Ministères prise en Conseil des ministres le 15 juin 2011 est décriée par les le Syndicat des Travailleurs de l’Administration Centrale des Finances (Syntracef). Soutenu par l’Inspection Générale des Finances, le Syntracef a démontré que les décisions contenue dans le conseil des ministres évoqués plus haut violent les textes. On pourrait s’en étonner quand on se rend compte que parmi les textes violés certains ont été pris sous le même pouvoir de Boni Yayi. Mais tout laisse croire que ce dernier n’était pas au courant.

La police a mis la main sur 8 kg de drogue, en dépit de l’ingéniosité de la dame qui transportait la marchandise. Une prise qui prouve si besoin en était encore, la détermination des forces de sécurité publique à lutter efficacement contre ce fléau. D’ailleurs, les autorités gouvernementales au plus haut niveau sont décidées à en finir avec ce trafic qui n’a pas sa place dans un pays respectable comme le Bénin.

Que se passe-t-il avec les résultats de Sèmè-Kpodji, localité composante de la 19ème circonscription électorale ? Les informations de la journée de ce mardi 03 mai 2011 ont fait état de ce que des procès verbaux de dépouillement de cette commune se sont retrouvés dans la zone du camp Guézo non loin de la morgue où un individu dit avoir ramassé l’enveloppe des résultats par terre, s’en est rendu compte une fois chez lui et ne la ramenée au lieu de la trouvaille que le lendemain. Ce n’est qu’à ce moment que la presse est alertée.

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU